Le Syndicat National de la Police beninoise

Publié le par Kangbeto

LE FILM DE L’ACCOUCHEMENT DU SYNAPOLICE BENIN
 
Prévu pour se tenir à la fin du mois de Septembre 2005, le Congrès Constitutif du SYNDICAT de la Police Béninoise, après avoir été reporté une fois le 08 Octobre, a eu effectivement lieu le samedi 22 Octobre 2005. Vous vous en doutez, le mois d’octobre est notoirement reconnu comme le mois des Grandes Révolutions.
 
LES CIRCONSTANCES DU REPORT DU 08 OCTOBRE
 
Alors que tous les préparatifs étaient fins prêts pour la tenue effective des assises le Samedi 08 Octobre, la Direction Générale a convoqué le jeudi 06 au soir, les Délégués du Personnel de la Police dont le Président du comité préparatoire le BC FAMBO pour une réunion sur la question de SYNDICAT.
 
Les délégués auraient, dans leur quasi-totalité, désavoué le Comité  Préparatoire devant l'autorité mais cela n'a pas empêché le seul représentant dudit Comité de faire savoir au DGPN que les membres du Comité ont pris toutes les mesures des actes qu’ils sont  en train de poser pour en assumer au besoin les responsabilités.
 
Le lendemain, vendredi 07 Octobre ( veille du jour J), aux environs de 13 heures le DGPN/A ( le CGP BOYA) appelle le Président du Comité sur son portable et lui demande de se présenter dans son cabinet dans 15 minutes avec deux autres du Comité Préparatoire. Les collègues Barnabé AMAGBEGNON et Maxime GNANHO, dudit comité se sont joints immédiatement à FAMBO pour répondre à l’appel de l’Autorité. Là bas, cette dernière signifia aux collègues qu’ils doivent se rendre ensemble avec lui, et  séance tenante au cabinet du MDN (Pierre OSHO), MISD par intérim ; MAMA SIKA ETANT EN MISSION HORS DU TERRITOIRE NATIONAL PENDANT CE TEMPS.
 
Conduits donc par le CGP BOYA, les collègues ci-dessus cités se sont rendus au Ministère de la Défense Nationale pour s’expliquer devant le MINISTRE OSHO. (Rappelons que pendant ce temps, les communiqués RADIO sur la tenue du Congrès passaient sur presque toutes les chaînes -radio et télé-, des banderoles flottaient aux principaux carrefours de la ville de Cotonou, les journaux écrits en faisaient leurs affaires, bref la mobilisation était forte et inquiétante…..)
 
            A 15H:42mn exactement le MDN est entrée dans la salle d'audience.
 
Le ministre d'Etat ouvre le débat en commençant par le Projet de DECRET initié par l’Administration Policière pour modifier l’article 85 de celui 97-622 portant Statut Particulier des Personnel de la PN, ( ledit article stipulait que « LE DROIT SYNDICAL S’EXERCE POUR L’ENSEMBLE DES CORPS DE LA PN ….. »,PROJET DE MODIFICATION  DU DECRET 97 622 qui était introduit en Conseil des Ministres le mercredi d’avant ( 05 /10/05) pour être adopté en urgence et que c'est lui  Pierre OSHO qui aurait  dit que cela ne passera pas. Ce qui a amené le Gouvernement à rejeter l’Etude dudit Projet à une date ultérieure.
 
 Entre temps, le Comité d’Organisation avait introduit une correspondance (au MISD intérimaire) annonçant la TENUE du CONGRES avec pour Pièces Jointes Copie de l’ARTICLE 8 de la Loi, copie de l’Article 85 du Décret et copie de la Décision de la COUR.
 
 C’est ce qui apparemment a permis à Mr OSHO de forger son opinion sur la question pour nous épargner in extremis d’une modification du DECRET cité supra, donc d’une restriction de nos Droits. Vous comprenez que le comité n'a pas manqué de précaution pour réussir.
 
Ensuite, le MINISTRE D’ETAT a demandé aux Représentants du Comité de lui faire l’ETAT DES LIEUX. Les collègues ont alors saisi l'occasion pour lui montrer que nous sommes paramilitaires comme  nos frères des Eaux et Forets et  de la Douane et que ces deux Structures, conformément aux textes qui les régissent  ont leur syndicat; la douane en a  même deux et qu’il est impensable que dans une même République on veuille faire deux poids deux mesures pour une même question ; c'est une disposition de notre statut qui nous permet d’aller jusque là et qu’objectivement le Comité ne faisait rien qui soit contraire aux Textes. Que le 19 Avril 2004, le ministre TAWEMA avait tenté de dénier aux Policiers le Droit Syndical  et que nous nous étions remis à la Cour  qui a dit le Droit en notre faveur.
 
C'est alors que Mr OSHO demanda au DC du MISD présent " comment fonctionnez-vous chez vous à l'Intérieur ?". "Vous voulez induire le chef en erreur" dans une affaire où la Cour s'est déjà prononcée !!!>
 
Mieux il leur a dit que leur démarche consiste à supprimer "l'excroissance et à laisser la source"Que l'article 8 al. 3 de notre Statut parle bien du syndicat et mieux nous pouvons nous affilier à des centrales. Que techniquement on ne peut plus toucher à ce Décret et connaissant bien le « chef », avant de signer va demander à voir la Décision de la Cour et s'il la lit, il va piquer une colère comme quoi on voulait lui faire violer la constitution.
 
En somme le MDN s'est rendu compte de la légalité de l’initiative ; mieux il a dit qu'il est heureux de lire l'élan patriotique chez les jeunes flics.
Les collègues ont  aussi énuméré tous les maux dont souffre la Police actuellement, les Etats généraux restés sans suite, les Commissions d'enquêtes… et Mr OSHO  a pris bonne note.
 
Il a reconnu lui même que les Policiers sont sur le terrain du Droit et qu'ils ont déjà une décision de la Cour, et  qu'on ne peut plus rien contre.
 
 Seulement il a déploré que notre ministre soit lui même absent  et que sa position d'intérimaire lui permet seulement  d'écouler les dossiers courants; et que alors il suggère de reporter la date en attendant l’arrivée de MAMA SIKA, sans nous obliger d'attendre qu'il revienne et qu'il sera là à la fin du week-end au plus tard. Mais si nous voulons, nous pouvons foncer alors si l’autorité lui demande ce qui se passe il verra bien si nous avons pris toutes les dispositions !!!
 
Les collègues se sont dits que nous avons plus intérêt à lui montrer que nous sommes des hommes capables de faire des concessions et non des jusqu’auboutistes aveugles.
 
C'est alors qu'il leur a demandé de faire un communiqué que lui va signer pour dire que le congrès est reporté; ce qui a été  fait.
 
Il conclu en disant "comprenez qu'un enfant qui naît avec des dents fait toujours peur".
 
Et il a fait la promesse de parler à notre ministre dès son retour.
 
C’est ainsi qu’à la dernière minute, le CONGRES du 08.10.05 a été reporté.
 
Il est à signaler que malgré le communiqué du report, les Policiers ont fait massivement le déplacement à la Bourse de Travail où devait se tenir le CONGRES et les membres du comité étaient présents pour leur donner les explications ci-dessus et ont promis ne pas décevoir ni reculer et que le congrès se tiendrait coûte que coûte avant la fin du mois d’Octobre.
 
APRES LE REPORT DU 08 OCTOBRE
 
En fonction de la forte mobilisation et compte tenu de la clairvoyance du Ministre OSHO qui a d’ailleurs promis d’être le porte parole du Comité auprès de MAMA SIKA, les membres du comité se sont réunis et ont décidé de ne pas dépasser 15jours de report.
 
De retour de sa mission, le MISD a fait convoqué les membres du Comité à son Cabinet le Mardi 11 Octobre à 17 heures.
 
A la séance, MAMA SIKA, entouré des cadres de la DGPN et du MISD, a déploré le fait que les Policiers ont attendu son départ en mission pour agiter la maison ; il dira précisément ceci ‘’ Quand j’ai appris la nouvelle du Congrès par coup de fil à l’extérieur, j’ai dit à SOHOU (puisqu’on était à GENEVE ensemble) , « TES COLLEGUES NE SONT PAS GENTILS, NOUS SOMMES ENSEMBLE DEPUIS BIENTÔT HUIT MOIS ET POUR UN TRUC DU GENRE, ILS NE M’ONT MEME PAS INFORME…. CE N’EST PAS SERIEUX ».
 
Et les membres du Comité d’expliqué à l’Autorité qu’ils ont bel et bien adressé une correspondance depuis près d’un mois par voie hiérarchique et que ce n’est pas de leur faute si l’administration n’a pas fait son devoir…..
 
En somme, après toutes explications à la séance qui a duré de 17h 15mn et 19h 25mn, le MISD a reconnu le DROIT SYNDICAL aux FLICS et a tout de même estimé que ce n’est pas la solution à nos problèmes et qu’on devait continuer l’expérience de la DELEGATION DU PERSONNEL.
 
Mais les collègues ont pris le soin de démontrer à l’Autorité que LA DELEGATION DU PERSONNEL A MONTRER SES LIMITES et qu’il faudra qu’on fasse aussi l’expérience du SYNDICAT.
 
A la sotie de la rencontre, puisque aucune opposition n’était alors possible, les membres du Comité Préparatoire ont projeté la tenue du CONGRES pour le Samedi 22 Octobre 2005.
 
Entre temps, de source digne de foi, le Chef de l’Etat aurait posé la question à OSHO de savoir ce qui avait bloqué la REUNION DES POLICIERS LE SAMEDI 08 ; et ce dernier a habilement expliqué à la Haute Autorité que les Flics ont préféré attendre le Retour de leur Patron le MISD.
 
Le jeudi 13,  le DGNP ABASSI a reçu les membres du comité et a déclaré ne pas avoir d’objection pour le SYNDICAT mais seulement, mais propose que le comité attende  un projet d'arrêté qui définira la naissance du syndicat.
 
Les collègues ont compris que l’Autorité voulait faire prolonger le suspens et ont porté à sa connaissance que le Samedi 22 Octobre était retenu pour la tenue dudit CONGRES et que rien n’empêche qu’après ces textes liés à la gestion de la structure soient pris, bref que ‘’LE BEBE EST DEJA PRET POUR DESCENDRE ET QU’ÍL EST PRATIQUEMENT IMPOSSIBLE DE REPORTER L’AVORTEMENT ; qu’ après l’accouchement, on pourra voir ensemble les soins à lui administrer pour sa bonne santé, son équilibre mental et son plein épanouissement…..
 
TENUE EFFECTIVE DU CONGRES LE SAMEDI 22 OCTOBRE 2005
 
Ainsi, le SAMEDI 22 Octobre 2005, les policiers ont répondu massivement au rendez vous. Des délégations sont venus même de l’Intérieur du Pays (Parakou, Savalou, Porto Novo…etc.) pour prendre effectivement part à cet événement inédit. La mobilisation et la détermination des collègues étaient extraordinaires.
 
Notre syndicat est enfin né, en présence des Secrétaires Généraux des Centrales Syndicales comme CGTB-CSA-CSTB-COSI- SYNRAB(ORTB), qui ont accueilli le nouveau né en tant que jeune frère dans la famille syndicale au BENIN.
 
Sans le Ministre et le DGPN, un présidium composé de l’Officier
AKODJENOU de Parakou, du sous Brigadier CHIAKPE de la BAC, du GPx1 CAPOCHICHI Florent de la CRS et  d’un  Collègues à la Retraite, a été mis sur pied et a conduit les travaux du début jusqu’à la fin.
 
Après les différentes  allocutions, les invités s'étant retirés, le présidium a  continué avec la lecture des Textes devant régir le SYNDICAT , suivie d’amendements puis ensuite, LE PREMIER BUREAU du Syndicat de la Police du Bénin (SYNAPOLICE-BENIN) a été élu et composé de:
 
1- Secrétaire Général :                 FAMBO Edgar (BC)
2- Secrétaire Général Adjoint: AKODJENOU WAIDI (OPX)
3- Secrétaire Administratif: AMAGBEGNON BARNABE ( GPx)
4- Secrétaire Administratif Adjoint :   Mme HOUDE(MARIAM)
5- SA chargé des Revendications: ATTA Rock ( S/BPx)
6- SA Adjoint aux Revendications : OLOROUNKO Charles ( Gpx1)
7- Secrétaire à l’Organisation : EGUE Mathias ( IP)
8- Secrétaire Adjoint à l’Organisation: AKIYE Sévérin ( Gpx1)
9- Trésorier Général: GNANHO Maxime ( Gpx2)
10- Trésorier Général Adjoint : OUSSOU Souleymane ( Gpx1)
11- Secrétaire à la formation Syndicale: KANGBETO Blanchard ( Opx)
 
Le SYNAPOLICE BENIN ainsi né, s’est affilié à la Centrale des Syndicats Autonomes du Bénin ( CSA BENIN) dirigé par  Monsieur Guillaume ATTIGBE.
 
Les collègues à savoir le SG, le SA, le SAR que j’ai joint téléphoniquement m’ont tous confirmé l’effectivité de la chose ;c’est pourquoi, je me suis fait l’obligation de vous rendre compte et ceci surtout pour avoir sollicité votre soutien pour la réalisation de cette historique œuvre ; et DIEU sait que votre contribution en a été pour beaucoup.
 
J’ai été long certes, mais je tenais à partager avec vous tout le processus ayant abouti à cela et profiter pour nous remercier pour le soutien on ne peut plus substantielle que vous avez accordé à l’entreprise. Devoir oblige.
Encore une fois Merci à tous.
 
Fraternellement

Publié dans Synapolice Benin

Commenter cet article