L’indécision

Publié le par inconnu

L’indécision

"L’indécision est un état mental désagréable,
mais une mauvaise décision est encore plus désagréable."

 Tôt ou tard, nous sommes tous confrontés à prendre des décisions importantes. Évidemment, il est utile de prendre le temps de bien réfléchir aux différentes options qui s’offrent à nous afin de faire le bon choix. Et une fois que notre décision est prise, il faut y tenir fermement et éviter de requestionner celle-ci indûment.Tôt ou tard, nous sommes tous confrontés à prendre des décisions importantes. Évidemment, il est utile de prendre le temps de bien réfléchir aux différentes options qui s’offrent à nous afin de faire le bon choix. Et une fois que notre décision est prise, il faut y tenir fermement et éviter de requestionner celle-ci indûment.
Exemple de décision importante :
Pierre est tenté par la possibilité de changer d’emploi. Après mûre réflexion, il décide de garder son emploi actuel. Mais les doutes sur le bien-fondé de ce choix le rongent. Il se demande constamment s’il ne doit pas changer d’idée. Cette indécision affecte son rendement au travail et rend ce dernier beaucoup moins agréable. Il est surtout démotivé, car la possibilité de changer d’emploi signifie qu’il peut être inutile de s’investir dans son travail actuel.
Exemples de solution:
Afin de mieux gérer son indécision, Pierre fait une liste des avantages et inconvénients des différents choix qui s’offrent à lui. Cet exercice le réconforte en partie dans sa décision de garder son emploi mais un doute subsiste. Il décide alors de s’engager envers lui-même à garder son emploi pendant au moins un an; c’est-à-dire qu’il se donne pour objectif de garder le cap fermement pendant cette période et ensuite il sera approprié de requestionner sa décision. Malgré une certaine amélioration, des doutes surgissent encore à son esprit. Pour combattre ces pensées nuisibles, il utilise alors différentes approches: 
 

 

1.            Relire les avantages et inconvénients de sa décision.  

 

2.            Réfléchir sur le fait que peu importe l’option choisie, s’il passe trop de temps à douter, il est perdant.  

 

3.            Reconnaître qu’il est normal de douter un peu.  

 

4.            Relire son engagement de ne pas requestionner sa décision pendant un an.

 

5.            S’investir davantage dans son emploi actuel, afin de matérialisé son engagement personnel de un an. 

Pour être en harmonie, il faut avoir une orientation stable dans nos choix. Après avoir réfléchi, quand nous sentons que nous avons trouvé la bonne direction, il faut y tenir fermement. Et s’il y a lieu, s’assurer de respecter l’engagement que nous avons pris avec nous-mêmes (ex. garder son emploi pendant au moins un an). Si des doutes surgissent trop abondamment, différentes approches peuvent être utilisées pour garder sous contrôle ceux-ci (voir liste de 5 items ci-dessus). En particulier, une des meilleures façons de dissiper le doute est de passer à l’action (ex. s’investir dans son emploi selon le contexte précédent).
Ceux qui entretiennent en eux un état d’indécision se pénalisent. L’indécision prolongée disperse nos forces et trouble nos sentiments et pensées. Une fois que nos sentiments et pensées sont confus, la volonté est diminuée et il devient difficile de fournir les efforts nécessaires pour une action efficace. L’indécision a pour effet de nous ballotter à gauche et à droite : un jour on va dans une direction, le lendemain dans une autre, et lorsque vient le moment d'agir, on remet tout en question. Il est normal de se poser des questions, et d’hésiter dans une certaine mesure, mais cela ne doit pas durer indûment. Il arrive un moment où il faut faire le bilan des informations connues sur les options qui s’offrent à nous, prendre une décision et agir.

"Toute décision importante est basée sur une part d’inconnu."

Commenter cet article